Par Julia le jeudi 16 mai 2019

Créer son entreprise en solo

Pour démarrer une entreprise en solo, le futur entrepreneur a deux options : la société unipersonnelle ou l'entreprise individuelle. Ces deux statuts juridiques ont leurs caractéristiques, identifiées comme avantages ou inconvénients selon le type d'activité, le positionnement de l'entrepreneur dans sa vie personnelle et la nécessité d'avoir des contacts hors entreprise en amont de l'activité elle-même (fournisseurs, investisseurs, etc.).

La société unipersonnelle

Cette société unipersonnelle permet à l'entrepreneur d'exercer une activité économique, industrielle, commerciale, libérale ou artisanale : services, production, vente, études, fabrication, etc. L'entrepreneur devient dirigeant, actionnaire ou associé unique, d'une Société par Action Simplifiée Unipersonnelle (SASU) ou d'une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL).

Il doit alors prendre toutes les mesures nécessaires à la bonne marche de son entreprise avec un atout majeur : la création d'une société unipersonnelle fait naître une personne morale qui engage la responsabilité économique de celle-ci à hauteur de son capital social. En clair, les biens personnels (patrimoine immobilier et autres) de l'entrepreneur ne sont pas engagés dans la société, que ce soit en caution ou pour rembourser les créances à la dissolution de l'entreprise.

Cette distinction sépare clairement les deux "univers" de l'entrepreneur, protégeant sa famille et lui-même. A l'inverse, si le dirigeant utilise certains des avantages de sa société à des fins personnelles, il s'expose à la notion "d'abus de biens sociaux".

Les avantages et contraintes spécifiques "SASU" !

  • L'entrepreneur, actionnaire unique de la SASU doit rédiger les statuts en tentant de prendre en compte le développement de la société et son éventuelle transformation en SAS.
  • Le président de la SASU ainsi que son conjoint accèdent au régime fiscal des salariés. L'ensemble de leurs salaires venant en déduction du résultat social.
  • L'actionnaire principal bénéficie du régime social des salariés.
  • La SASU soumise à l'IS subit un formalisme des documents comptables et administratifs, obligeant fréquemment à faire appel à des professionnels (interventions coûteuses).
Créer une SASU

Et si je choisi plutôt de lancer une micro-entreprise ?

Pour devenir micro-entrepreneur, c’est simple. Vous pouvez effectuer votre déclaration sur le portail des micro-entrepreneurs en ligne ou sur le guichet des entreprises. Vous accompagnez votre déclaration d’une photocopie de votre pièce d’identité avec la mention « Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait à … le … ».

Le Centre de Formalités des Entreprises vous enverra par la suite votre numéro de SIRET, une notification concernant votre régime d’imposition et différentes coordonnées. Vous pouvez choisir de payer vos cotisations tous les mois ou tous les trimestres. La déclaration du chiffre d’affaires se fera auprès de l’URSAFF soit par courrier soit par internet. Le prélèvement à la source simplifiera encore plus vos démarches au niveau des impôts.

Le statut de micro-entrepreneur séduit par sa simplicité et son faible coût. Cependant, il faut savoir peser le pour et le contre avant de se lancer dans l’aventure.

Créer une micro-entreprise

 

À voir également

Par Julia le jeudi 16 mai 2019

Découvrez nos solutions pour votre entreprise

Domiciliation, services juridiques et automatisation du courrier et des documents administratifs