Par Julia le mardi 16 juillet 2019

Pourquoi créer une start-up ?

Une idée innovante à mettre en œuvre ? L’envie de se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle ? Ou de s’engager pour des valeurs dans lesquelles on croit ? Autant de motivations pour créer sa start-up. Et de nombreuses incitations et aides existent en France pour encourager la création de ces sociétés souvent innovantes. 

pourquoi de choisir de créer une startup

Start-up : un large choix de formes juridiques

Premier intérêt de fonder une start-up ? Un large choix de formes juridiques sont possibles : SASU, SAS ou encore EURL. Mais le statut le plus adapté pour une jeune pousse qui émerge est sans doute la SAS : 

  1. Elle permet de s’associer facilement à d’autres acteurs qui apporteront des fonds, du matériel et même des idées complémentaires à celles qui ont présidé à la création de la start-up. A ce titre, la SAS favorise particulièrement bien la possibilité de lever des fonds. 

  2. Le capital de départ obligatoire est d’un euro minimum. 

  3. Les statuts d’une SAS sont très aisés à modifier ainsi que son fonctionnement et son mode de gouvernance. Une souplesse indispensable en cas de croissance rapide et exponentielle, un élément qui constitue l’ADN des start-up. 

  4. La fiscalité de la SAS est attractive : pendant les cinq premières années, suivant la création, les associés de la structure peuvent opter pour l’impôt sur le revenu plutôt que pour celui sur les sociétés. Un atout en cas de démarrage difficile avec peu de chiffres d’affaires. 

Des aides à la création pour une start-up

Plusieurs dispositifs peuvent aider une start-up à se lancer : 

  1. Le Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise (NACRE) est un prêt à taux zéro qui peut aller de 1000 à 8000 euros. Il est réservé aux demandeurs d’emploi et aux bénéficiaires des minima sociaux qui prendraient une part égale à au moins 50% dans la start-up. Un prêt bancaire complémentaire doit également être souscrit pour une durée et un montant supérieurs au NACRE. 

  2. L’ARCE ou Aide à la reprise et à la création d’entreprise est également destinée aux chômeurs. 45% des allocations chômage sont versées sous forme de capital pour la société. 

  3. L’ACRE (anciennement ACCRE) consiste en une exonération de charges sociales lors de la première année de fonctionnement de la structure. Depuis le 1er janvier 2019, elle a été étendue à tous les créateurs et repreneurs d’entreprise. La société est exonérée de charges sociales si le créateur perçoit un revenu professionnel inférieur à 30 393 euros. 

Créer ma start-up avec un expert juridique

Des subventions publiques et privées pour les start-up innovantes

Les start-up innovantes peuvent bénéficier d’aides substantielles de la part de la Banque Publique d’Investissement (BPI France)  ou des collectivités territoriales. BPI France propose notamment i-Lab qui est un programme de soutien pour les jeunes structures innovantes : la somme maximale octroyée peut aller jusqu’à 450 000 euros. La Bourse French Tech s’adresse aux start-up de moins d’un an et à celles qui sont accompagnées au sein d’accélérateurs : l’aide est versée sous forme de subventions dont le montant est plafonné entre 30 000 et 45 000 euros. Le recours au crowdfunding ou la participation à des concours de start-up constitue également une bonne option. 

À voir également

Par Julia le mardi 16 juillet 2019

Découvrez nos solutions pour votre entreprise

Domiciliation, services juridiques et automatisation du courrier et des documents administratifs