Accueil / Le guide de la SARL / SARL les bonnes pratiques

guide-sarl

SARL les bonnes pratiques

★ ★ ★ ★ ★ (27)
Julia Boissy 25/06/2019 Temps de lecture : 6 min

Lorsqu’on crée une SARL, une Société à Responsabilité Limitée, il est du ressort des associés de mettre toutes les chances du côté de l’entreprise à venir. Aussi limitée qu’elle soit, la responsabilité des créateurs inclut de pourvoir à la future bonne santé de leur SARL.

img_article

Aussi bien rôdé que soit le processus de création de sa société, tout entrepreneur peut s’astreindre à suivre un ensemble de bonnes pratiques pour s’assurer de ne pas commettre de faux pas qui lui seraient préjudiciables par la suite.

Ne pas oublier l’étude de marché

Parmi les étapes à suivre pour créer sa société, celle que l’on peut être tenté de sauter consiste à réaliser une étude de marché. Intervenant au début du processus de création, cette étape implique des recherches détaillées sur l’état du marché. L’étude peut être effectuée par les créateurs, ou déléguée à une société spécialisée.

Il ne faut pas négliger cette étude de marché, car elle constitue le socle, la base sur laquelle la future SARL repose. Si le business plan ou l’estimation du capital social s’appuient sur des données inexactes ou trop vagues, la société risque d’être fragilisée.

De plus, si l’étude de marché dévoile que le projet n’est pas viable, il est encore temps de le revoir, ou de l’abandonner au profit d’un projet dévoilé par cette même étude.

Créer une société à deux : une fausse bonne idée ?

Au moment de choisir les associés, il faut se souvenir qu’une société créée par deux personnes s’expose à connaître des conflits internes insolubles. Si l’on est capable de se lancer seul, on peut opter pour une EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée), mais dès lors qu’on s’associe, il vaut mieux privilégier une configuration à trois personnes ou plus, qui permet un dialogue pondéré en cas de désaccords.

Il est également possible d’établir un pacte d’associés pour éviter les litiges inextricables par la suite. Il est en effet plus facile de prévoir les conflits en amont que de devoir les traiter durant les tensions.

La bonne liste de documents administratifs

Au moment de déposer l’ensemble des documents administratifs au tribunal de la Chambre de Commerce pour l’immatriculation, il faut s’assurer de ne rien oublier, et de ne pas non plus procéder à des démarches inutiles. Ainsi, le dépôt des statuts signés au centre des impôts n’est plus une procédure à accomplir en amont.

Afin de connaître la liste à jour des documents à fournir, il est sage de consulter le site d’infogreffe juste avant, car celui-ci vous en fournira la liste actuelle et exacte. En cas d’erreur, le tribunal de commerce enverra au dépositaire un courrier qui lui sera facturé, dans lequel on lui demandera de faire parvenir les documents manquants. Il s’agira d’une perte de temps et d’argent pour la SARL en création, qui verra sa naissance freinée par ces erreurs pourtant évitables.

 


avatar

Julia Boissy


Découvrez notre solution d’accompagnement pour entrepreneurs

plane-down-to-top plane-right-to-left

Découvrez notre solution d’accompagnement pour entrepreneurs

Demande de rappel