Par Julia le mercredi 12 juin 2019

SAS ou SARL qu’est-ce qui différent ?

SAS ou SARL sont les deux formes juridiques les plus choisies lors de la création d’entreprise. Les deux formes proposent des similitudes, pourtant il existe des différences qu’il faut prendre en compte lors du choix du statut juridique de votre entreprise.

Voici un rappel pour vous aider à faire votre choix.

Demander l'avis d'un juriste

Définitions d’une SAS et une SARL

SAS : (société par actions simplifiées) c’est une société commerciale constituée d’une ou plusieurs personnes, offrant une grande liberté d’organisation via les statuts.

SARL : (société à responsabilité limitée) c’est une entreprise constituée de deux personnes minimums, qui peut être choisi par les artisans, les professions libérales, les commerçants et industriels. Elle ne concerne en aucun cas les professions juridiques, judiciaires ou de santé. Il n’y a pas d’apport minimum, et la responsabilité des associés est limitée au montant de leur apport.

Quelles sont les principales différences :

  • Le nombre d’actionnaires : Si on est seul à créer sa société alors on crée une SAS, car il faut être au minimum deux actionnaires pour monter une SARL.

  • La direction : Si vous souhaitiez une codirection la SARL est faite pour vous. En revanche, si vous êtes seul à créer une entreprise, ou si vous voulez un lien de subordination avec les différents gérants c’est-à-dire, un président et un directeur général, etc. Alors la SAS est la meilleure option.

  • Le montant des charges à payer sur la rémunération du dirigeant :

En SARL, le dirigeant majoritaire, c’est-à-dire, le gérant détenant plus de la moitié du capital, a le statut de travailleur non salarié (TNS). Il paiera des charges sociales comprises entre 35 % et 55 % de sa rémunération nette.

En SAS, le dirigeant, qu’il soit président ou gérant, a le statut d’assimilé salarié. Il paiera des charges sociales comprises entre 50 et 70 % de sa rémunération nette.

Ce qui veut dire qu’avec une SARL le montant des charges sociales sur la rémunération est moins élevé qu’en SAS.

  • Le montant des cotisations et des prestations de retraite :

Les dirigeants de SAS cotisent aux mêmes caisses de retraite que les salariés. C’est-à-dire un peu plus que pour les actionnaires de SARL.

Cependant, cela signifie que le président de la SAS accumule plus de droits qu’un président de SARL.

  • Les dividendes :

Depuis le 1er janvier 2013, les dividendes perçus par des associés de SARL sont ajoutés à la rémunération et sont soumis aux mêmes charges sociales, soit environ 45 %.

Alors que les dividendes perçus par un Président de SAS ont des charges sociales qu’à hauteur de 15,5 %.

  • Le statut du conjoint :

Les conjoints des gérants majoritaires de SARL peuvent travailler dans l’entreprise avec le statut de conjoint collaborateur. Ce statut permet au conjoint d’exercer une activité dans l’entreprise et de bénéficier d’une protection sociale complète, mais ne sera pas rémunéré pour le travail accompli dans la société et les formalités sont quasi inexistantes.

Ce statut de conjoint collaborateur est impossible en SAS, en revanche le statut de conjoint associé ou conjoint salarié est possible dans les deux formes juridiques.

À vous de choisir en fonction de vos objectifs. Sachez qu’il est possible de changer de forme juridique.

Créer ma société

Par Julia le mercredi 12 juin 2019

Découvrez nos solutions pour votre entreprise

Domiciliation, services juridiques et automatisation du courrier et des documents administratifs