Par Julia le jeudi 15 août 2019

Comment créer une auto-entreprise ?

Parmi tous les régimes possibles, la micro-entreprise est une valeur sûre, qui impose moins de contraintes de création ou de gestion que les sociétés plus complexes. Plus adaptée aux petits projets et aux entrepreneurs désireux de mener une carrière en parallèle, elle peut être exercée aussi bien en entreprise individuelle qu’en EIRL. Pourtant, les démarches de lancement restent encadrées par la loi, et certains conseils sont plutôt bons à suivre.

LA MICRO-ENTREPRISE EN EI

Si l’entrepreneur décide d’exercer en son nom propre, il va être en entreprise individuelle. Pour cette forme juridique, les démarches sont assez simples et rapides :
Effectuez la déclaration de début d’activité en ligne sur le site de l’URSSAF, ou directement auprès de votre CFR avec les formulaires P0 PL, ou P0 CMB pour les artisans et commerçants. Il s’agit d’y communiquer des informations telles que votre identité, votre adresse de contact, votre adresse professionnelle si différente, votre activité, ou encore le choix de vos régimes sociaux et fiscaux.
Enregistrez la domiciliation de votre entreprise auprès du CFE compétent, en sachant que cette dernière peut tout à fait être différente du véritable lieu d’exercice, et se situer à domicile, dans un local professionnel, dans une société de domiciliation, ou même dans un centre d’affaires.
Vérifiez les conditions de formations en fonction de votre activité, car certaines procédures peuvent être obligatoires. Par exemple, pour les artisans et commerçants, un stage de préparation à l’installation est imposé, et même si aucun prérequis n’est exigé, ce dernier a un coût, entre 200 € et 400 € selon la chambre des métiers concernée. Le meilleur moyen de s’assurer de telles contraintes est donc de contacter la CCI de votre zone géographique.
Choisissez une assurance professionnelle, même si celle-ci n’est obligatoire que pour l’exercice de certaines activités. Trop de jeunes entrepreneurs sous-estiment ces questions lorsqu’ils n’y sont pas forcés, quitte à prendre des risques inconsidérés. Ne faites pas l’économie d’une bonne protection, car cette dernière pourrait vous sauver la mise.
Ouvrez un compte en banque exclusivement dédié à la comptabilité de votre affaire, car même si ce dernier est normalement obligatoire, bon nombre d’entrepreneurs ne se plient pas à cette règle.

LA MICRO-ENTREPRISE EN EIRL

L’EIRL est une solution à cheval entre l’entreprise individuelle et l’EURL, qui permet de protéger votre patrimoine personnel en cas de problèmes, tout en bénéficiant des avantages de l’entreprise individuelle. Les démarches de création sont similaires à celle-ci, à quelques détails près supplémentaires :
Remplissez la déclaration de début d’activité, telle que vue plus haut, et sur laquelle il faut opter pour le choix de l’EIRL. Les formulaires concernés sont les P0 PL ou P0 CMB selon votre situation, ainsi que le formulaire P EIRL,
Complétez une déclaration d’affectation du patrimoine.
Ces deux étapes se font, tout comme pour l’EI, en ligne sur le site de l’URSSAF ou directement auprès de votre CFE.

La micro-entreprise peut aussi être exercée en EURL, mais dans les faits, il est rare que les entrepreneurs le fassent. Plus complexe et fastidieuse à lancer, l’EURL nécessite la rédaction de statuts et la création d’un capital social, autant dire des étapes éloignées de la simplicité de la micro-entreprise, ce qui explique son absence dans cet article. Pour le reste, les démarches que nous avons vues ensemble restent simples, et de nombreuses structures sont aptes à vous conseiller si besoin. N’hésitez pas à les solliciter !

>>  Créer une micro-entreprise  <<

Par Julia le jeudi 15 août 2019

Découvrez nos solutions pour votre entreprise

Domiciliation, services juridiques et automatisation du courrier et des documents administratifs